Image default
Finance & Entreprise

Pourquoi la Bourse se porte-t-elle si bien alors que l’économie s’effondre ?

Les répercussions de la crise sanitaire du Coronavirus se font déjà sentir aux États-Unis avec près de 20 millions de chômeurs en plus et un effondrement du prix du pétrole. Pourtant, les bourses du monde entier se portent particulièrement bien en ce début de mois de mai. Comment expliquer un tel décalage entre la réalité et les marchés ? Simplement par l’espoir d’une reprise.

Les monnaies restent fortes

Si la bourse peut se permettre de garder le sourire, c’est avant tout parce que les monnaies principales n’ont pas été dévaluées. Ainsi, l’euro, le dollar et la livre sterling sont restés particulièrement stables tout au cours de la crise. Pourquoi ? Principalement grâce aux aides massives de la Banque centrale européenne et de la Banque fédérale américaine.

Or, quand la monnaie va, tout va. D’ailleurs, beaucoup de particuliers qui aiment investir sur des plateformes en ligne se tournent actuellement vers le marché des Forex. La stabilité des monnaies assurée par les banques centrales permet de faire de bonnes affaires sans prendre trop de risque. Si vous souhaitez en savoir plus sur la question, cliquez ici.

L’espoir d’une reprise de l’économie

La Bourse garde le sourire également parce que les investisseurs gardent espoir. Depuis la fin du mois d’avril, les pays du monde entier sortent progressivement du confinement et l’activité redémarre. Ce retour à la normale rassure les marchés et leur confirme que cette crise n’était que passagère.

Par exemple, la réouverture du parc Disneyland de Shanghai le lundi 11 mai a provoqué l’effervescence sur les marchés financiers du monde entier. Le retour de l’activité économique, même partielle, est une excellente nouvelle pour les investisseurs qui reprennent confiance. Une confiance soutenue activement par les États et les banques centrales qui financent cette reprise et sont à remercier pour le faible nombre de faillites d’entreprises dans beaucoup de pays.

La crainte d’une deuxième vague continue de planer

Si le marché des Forex vit de belles heures, il ne faudrait pas pour autant oublier que les marchés financiers en général vivent tout de même dans la crainte d’une deuxième vague d’épidémie. Certes, la chute catastrophique du mois de mars a été presque totalement compensée, mais les niveaux historiques du mois de février n’ont pas encore été atteints.

De plus, les investisseurs savent que la dynamique a changé. La confiance qui régnait depuis plus d’un an permettait aux marchés de connaître une succession de records. Or, cette confiance mettra du temps à revenir. Alors, certes la Bourse sourit, mais c’est surtout de soulagement devant l’impression d’avoir échappé au pire.

 

Autres articles à lire

Apprenez à placer son argent sans risque

Irene

Optimisation de la communication avec LaFrenchCom

Octave

Les avantages de banques en lignes

Irene

Comment sécuriser son entreprise

Irene

Quelle technique adopter pour comptabiliser un bien immobilier en Belgique ?

Irene

Choisir sa banque en ligne : comment trouver la meilleure ?

Irene